Soil mixing définition

Le Soil-Mixing permet une utilisation du terrain en place comme matériau grace à une injection sous pression de coulis de ciment. C’est une alternative aux techniques conventionnelles de soutènement et de fondations comme les parois berlinoises, les palplanches ou les injections haute densité.
Cette technique fait l’objet depuis septembre 2005 d’une norme européenne et française : « Exécution de travaux géotechniques spéciaux : colonnes de sol traité norme NF EN 14679 ».

Elle y est décrite sous le nom de méthode « Japonaise » dont le champ d’application concerne aussi bien les ouvrages permanents que temporaires.


Les avantages du Soil-mixing

Pas de vibrations : Zone urbaine,…
Pas de nuisances sonores : Bruit réduit grâce une rotation sans engrenages.
Performant : Nombre de tour élevé, rendement important.
Economique : Utilisation réduite d’agrégats et d’éléments en acier, absence de déblais.
Ecologique : Pas d’évacuation des sols contaminés.


Méthode et cahier des charges approuvés par le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC) et SOCOTEC.

Soil mixing pour quel sol ?

Soil mixing pour quel sol ?

Le principe du Soil Mixing est adapté pour des sols non cohérents (type sables et limons), pulvérulent et présentant un volume des vides suffisant.

Il est utilisé de façon classique dans des terrains alluvionnaires. La présence d'une nappe phréatique permanente améliore les caractéristiques intrinsèques des colonnes.